Spiderweb: deux points à zéro

Ouf, ma gourde-attitude is back !

Ben oui, l’espace d’un moment, j’ai cru avoir perdu une partie de moi-même, mais heureusement, dinde je reste).

C’est pas que je m’embourgeoise, mais mes épaules ayant choisi de bosser à mi-temps sans me consulter, je décide de leur faire une fleur, histoire de pouvoir continuer à gagner ma croûte avoir la chance de jouer du violon et d’en retirer salaire: hier j’ai donc expérimenté la femme de ménage. C’est plutôt fabuleux en fait, le coup de la tornade blanche, je dois avouer (mais pas trop fort, sinon on va croire que je rêve d’une Rolex …)

Sauf que.

Comme je lui avais demandé de décrasser mes vitres, j’ai décidé, sous l’influence de la petite Mère Denis enfouie dans les tréfonds de mon éducation de jeune femme idéale (rien que ça), d’en profiter pour laver mes rideaux.

Lecteur, lecteuse, un conseil : si comme moi tu as cédé à la mode du rideau de fils (cause abus de Valérie D. sur Meuh 6 ou fréquentation de magasins branchouilles) et que tu n’es pas friand(e) pour ta déco d’intérieur d’accessoires volés chez Bouffie contre les vampires néo gothiques, essaye de les laver dans un filet. Pas un filet de table de ping-pong, un filet à lingerie, cornichon(ne). Parce que à mon avis, il se passe des trucs ébouriffants dans un tambour de machine à laver! Par exemple, de façon évidente, le susdit rideau en fils et le voilage d’en face ont tenté une embrassade aussi sauvage qu’acrobatique. Quelque part, j’avoue que ça me laisse pensive … voire admirative!

Dans mes rêves, ils auraient accouché d’une paire de stores à lamelles. Que nenni! En vrai, c’était plutôt : la mariée était la reine des araignées*. Il m’aura fallu un heure (majoritairement hilare) pour démêler les chevaux l’écheveau de ce magnifique happenning artistique involontaire …

(*un fameux film de François-Stephen Kurosawa)

About these ads

7 réflexions sur “Spiderweb: deux points à zéro

    • J’aime exprimer mon admiration pour Tim Burton, même dans mon intérieur magique ! (et oui, la verdure qui verdoie et la vue très loin, c’est chez moi, rengorge rengorge)

  1. Totale admiration pour cette heure de démélage de cheveaux !

    Moi j’aurais sans doute préféré me pendre ou pendre le voisin pour calmer mes nerfs.

    Bojpaszenmoï

  2. Non, quand c’est Cavalier, c’est pour prendre Thérèse !

    (ohhh, la culture cinématographique, c’est dingue, non ? Non, c’est chiant comme film !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s