Dame de fer et as de pique.

Après le "jeter d’éponge" que m’a imposé le microbe toussant et grelottant du jour  – et va pas croire que ça m’arrange bien : je déteste ne pas terminer la semaine et ne pas donner un concert, ça me donne l’impression d’avoir bossé pour les prunes, ce qui pour la grosse feignasse que je suis est absolument intolérable – me voilà donc coincée chez moi. Beurk.

Pire : le seul moyen que j’ai trouvé pour éviter les frissons, à part empiler une quantité ridicule d’épaisseurs plus ou moins (mais plutôt moins que plus, tu vois ?) esthétiques, c’est le repassage. J’exulte, mais ça se voit pas très bien parce que je boude. Je m’imaginais un peu belle et rebelle, me voilà donc bien moche et remoche, façon Desperate Bibendum. J’en serais presque jalouse de ce genre de guignols, tiens.

About these ads

2 réflexions sur “Dame de fer et as de pique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s